Journal d’Enora de Plusselle

Broché: 164 pages
Date de publication : 7 juillet 2017
Format : Novella (Roman court)
Langue : Français
ISBN : 978-2955853023

Résumé :
Dans le Comté de Berengaü, des meurtres morbides s’enchaînent. Cinq enquêteurs traquent Le Boucher qui se plaît à massacrer des femmes enceintes et des nouveau-nés. De jour comme de nuit, les cadavres se multiplient et l’enquête piétine. La Marquise Enora de Plusselle est à l’abri de tous soupçons et met au défi Dieu de l’arrêter dans sa quête salvatrice.

Lire des extraits en ligne

5,50

5 en stock

J’ai commencé à écrire Enora en 2013, traumatisée par mon accouchement qui s’est très mal passé (sans parler de la grossesse…) À l’époque j’étais très naïve et mal informée sur le sujet. Depuis, je milite pour que les femmes accouchent normalement, pas sur le dos à cause de ce connard de Louis XIV qui voulait voir naître son enfant illégitime et a donc forcé sa maîtresse à accoucher ainsi. Une souffrance qui est devenue une mode. Mais c’était trop hard de poursuivre. Durant cette période, je cauchemardais en permanence, j’avais à nouveau peur de dormir. C’est comme ça que je me suis mise sur LOTRO, pour essayer d’évacuer tout ça…
Bref, ce projet est resté en suspens. Puis, j’ai appris beaucoup de choses. Du vécu, concernant ma famille notamment. Ainsi, ma grand-mère, Hildegard, attendait un 2ème enfant que ma mère espérait voir mort. Son souhait fut exaucé. Guschtel (la sœur aînée, il y en avait 4, Edwige étant la jumelle d’Hildegard et Clara la plus jeune) ; était pharmacienne. Elle donnait des traitements frauduleux à l’époque. Pour commencer elle a obligé Edwige à se jeter du haut d’un arbre plusieurs fois pour qu’elle perde son enfant. Manque de pot, ça n’a pas marché et Roswitha est née handicapée mentale.
Puis donc, cette chère Hildegard. Cette fois, Guschtel s’est munie d’un rayon de vélo pour lui enfoncer dans l’utérus, afin que le bébé meure. Les choses ne se sont pas bien passées. Hildegard était à 7 mois de grossesse et le bébé s’est mis à pourrir dans son ventre. Un garçon. Il paraît qu’au bloc, quand ils ont extrait le cadavre, la puanteur était insupportable… Hémorragie fulgurante, extrême onction. Toutefois, elle a survécu.

Ma mère a subi 2 ivg. Ça l’a rendue un peu plus folle. Puis j’ai traversé d’autres Enfers.
J’ai récupéré toutes ces souffrances. En ajoutant les miennes. Je me suis immergée en tant que cinglée, persuadée de tuer au nom de Dieu. Une expérience difficile… La plus dure que j’ai eu à écrire… La fin m’a donné la nausée. J’avais hâte de le boucler, passer à autre chose…
Je n’étais pas certaine de le publier. Honnêtement, il est gore, sale, malsain avec du sexe dégueulasse… Et puis je me suis dit, allez pourquoi pas ? Ce que je ne savais pas, c’est qu’il deviendrait la coqueluche, le chouchou de mes lecteurs. Une œuvre tellement crade, vomitive, et pourtant tellement aimée… Très certainement parce que je l’ai écrite avec mes tripes, au cœur de l’automne.

7 avis pour Journal d’Enora de Plusselle

  1. Amine BENIDIR

    Comme toujours, un nouvel opus très agréable à lire, un bijou du genre, je l’ai dévoré.
    A conseiller si vous aimez les ambiances sombres

  2. blanche herren

    J’ai adoré cette nouvelle. Même si l’histoire est gore par moment, l’ambiance est vraiment géniale. Quand on découvre au fur et à mesure de l’histoire, le passé d’Enora, on compatit à ses souffrances et on ne souhaite qu’une chose, c’est de l’aider. Dès qu’on ouvre la première page et qu’on lit les premières lignes, on ne peut que dévorer le livre. La seule chose que je regrette c’est qu’il n’y ai pas de suite et que la fin se termine comme ça. Je vous encourage à le lire et à le faire partager autour de vous.

  3. Orbital

    La nouvelle m’a bien plu dans la globalité.
    Moi qui voulait voir une part sombre de l’auteure, elle s’est bien lâchée sur le personnage d’Enora et son environnement passé ! 😀
    Ce n’est clairement pas à mettre entre les mains de tout le monde, mais perso je savais dans quoi je plongeais, donc le coté très cru de l’écriture ne m’a pas choqué, je me suis vraiment bien amusé à découvrir les détails les plus sombres du livre. La frontière entre la folie et la croyance religieuse est bien traitée également.
    Seul un personnage me laisse un peu déconcerté, car on en sait que trop peu sur elle, pas mêmes ses réelles motivations.

  4. Siobud

    Un livre à l’atmosphère noire, sombre, dont la tension ne baisse pas d’un cran, du début à la fin.
    Un livre dont les personnages fouillés nous prennent dans leurs griffes et nous laissent pantois une fois le livre fini.
    A travers la blonde Enora, Mishakal Yveldir nous décrit une jeune femme complexe, hantée par son enfance et ses tourments d’ordre intime.
    L’autre personnage crucial est Eugène, le valet d’Enora, qui se révélera de plus en plus inquiétant, au point d’intriguer Enora elle-même !
    Leurs rapports, l’importance qu’ils prennent l’un pour l’autre sont très bien décrits et amenés.
    Cette plongée dans le XVIe siècle m’a vraiment enthousiasmé et l’univers de Mishakal ne laisse pas indifférent, l’audace de certaines scènes rappelle Sade.

  5. Flo

    une histoire tres interesente , et tres sombre , j ai adorer car on se sens feusent partie de l’ histoire . j ai eu l’ impresion d’ etre avec les personnage. je lais lue en une nuit je n’ arrivais pas a me decrocher de l’ histoire . j ai adorer . on se posse telement de question que va t’ il se passer ou et comment , meme quelle reation nous entent que lecteur aurion nous eu entelle situation . quand je lis mes livre de madame mishakal yveldir j’ oublie mes douleur et mon handicape elle me fait voyager dans un monde ou je me sens bien un pur paradie un delice . jai l impresion de remonter le temps et sa cest super cool ^^ pour moi je donne la note de 10 sur 10 pour se livre tres sombre et gore ^^.

  6. Dorian D.

    une histoire vraiment bien écrite et dérangeante au possible! si vous êtes une âme sensible évitez le le lire mais si vous aimez les histoire gore glauque ou dérangeante achetez! se livre est fait pour vous!

  7. Beneyton

    J’ai découvert cette auteure très récemment en lui parlant et j’ai voulu découvrir un morceau de sa littérature. Moi qui n’aime pourtant pas lire j’ai tout lu d’une traite le jour même de la réception du livre. Je n’ai pas décroché de la première à la dernière page. Je me suis facilement attaché à la narratrice et tous ses récits sont facilement devenus images dans ma tête, avec tout le malaise, le glauque, la rage, la passion qui en émane. J’en ai une boule au ventre. Pas à donner à tout le monde parce que violent mais… J’ai adoré !!!
    Ce n’est qu’une facette mais je suis curieux de lire autre chose d’elle, même si ce n’est pas du tout le même registre !

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *