1 : Missive

      Jean-Boniface hocha la tête.

    C’est très joli. Je ne sais pas s’il en mérite tant, mais ça fait plaisir.

      Pia approuva.

    Oh oui, votre père était un grand homme.

    Je ne sais pas. À croire que tout le monde le connaissait personnellement.

    Bien sûr.

    Toi aussi ?

    Oui, il a bu plusieurs litres de mes spécialités lors d’une des traversées.

    Haha, sacré Papa !

    Lui et Gregory étaient de très bons amis.

    Gregory… La Tortue Émeraude, c’est ça ?

    Oui, c’est ça. Un vieil homme charmant ! Très lent, mais charmant !

    Nos Maisons nous influencent vraiment ?

    Plus qu’on ne le pense !

    Je me demande ce qui ressort chez moi…

      Elle gloussa.

    Vous avez les yeux jaunes et… votre peau…

    Bah quoi ? Oui je suis noir, faut appeler un chat un chat !

    J’ai toujours peur que ce soit mal vu…

    En quoi ? Tu m’insultes pas. Pas vrai, Jabun ?

    Non, pas comme l’autre à lunettes…

      Il compulsait l’ouvrage avec beaucoup d’intérêt, au point d’oublier de réclamer un verre. À moins que son absence d’argent ne lui ait fait réaliser qu’il ne pouvait se le permettre. Son mentor demanda :

    Tu as des boissons sans alcool ?

    Quelques-unes.

      Elle lui présenta une carte complète. Le thé, café, lait, jus d’orange, s’avéraient plus cher.

    Hé ! Pourquoi tout ce qui n’a pas d’alcool est plus cher ?!

    Je n’ai pas fixé les tarifs, désolée…

    Bon, pas grave. Jabun, tu veux quoi ?

    Le même truc que toi.

      Jean-Boniface lui donna une pichenette derrière le crâne.

    Tu as 17 ans, Jabun ! Tu n’as pas l’âge pour ça !

      Pia décréta :

    Oh vous savez, les élèves consomment énormément. Bon, plus de la moitié sont majeurs aussi.

    Mais c’est un trafic en fait ! Tu te fais un beurre monstrueux !

    Hem, c’est le Directeur qui gère tout ça.

    Le Directeur… Nerus, c’est ça ?

    Oui.

    Tu l’as déjà vu ?

    Non, jamais. C’est un homme occupé.

    J’ai hâte de le rencontrer. Savoir pourquoi il m’a choisi…

    Oh, personne ne l’a jamais vu.

    Hein ? Comment ça ?

    Eh bien oui, il envoie des courriers et tamponne la paperasse. Mais nul ne s’entretient jamais avec lui.

    Je ne comprends pas… Comment ça marche dans ce cas ? Pour les examens, tout ça ?

    Il lit les résultats et donne ou non son approbation.

      Le Marabout caressa sa barbe distinguée.

    Encore plus bizarre… Plus j’en apprends, plus je trouve ça louche, pas vrai Jabun ?

      Jabun rêvait devant le fascicule.

    Moi je trouve ça incroyable… J’ai rêvé toute ma vie de quitter ma casbah et de me faire un nom…

      Il se mit à pleurer d’émotion. Jean-Boniface soupira.

    Et voilà qu’il pleure… Jabun, sérieusement…

    Désolé, mais c’est mon rêve qui devient réalité…

    Pas encore, il y a un examen d’entrée à passer et seulement 10 places.

    Hein ?…

      Il se décomposa.

    Eh oui, Jabun. Je t’avais dit, c’est un métier difficile. Helbman m’a confié que plusieurs centaines d’élèves se présentent chaque année. Mais je te rassure, il devrait y en avoir peu dans ma Maison, vu qu’elle est vide depuis 3 ans.

    Je vais y arriver…

    Ne prends pas la grosse tête, Jabun. L’examen sert à prouver que tu as de vrais talents, tu comprends, hein ?

      L’adolescent déglutit.

    Oui, mais j’y arriverai quand même…

    Ha, Jabun… Qu’est-ce que je vais faire de toi… Pia, sers-lui un jus d’orange s’il te plaît. Il croit qu’il est déjà un grand Marabout… Quand il va se prendre une vraie dérouillée, ça va faire mal.

      Elle confia :

    Surtout que les élèves ne sont pas des tendres, en particulier ceux d’Erya, d’Harold et de Conderina.

    C’est qui ça ?

    Erya ? La Cheffe de Maison de l’Hermine Immaculée…

    Une hermine, c’est comme une zorille, non ? Très mignon !

    Euh… Ne vous y fiez pas, c’est une teigne… Quant à Conderina, elle dirige les Lions Écarlates. Elle détient une force brute qui dépasse celle de tous les autres. Avec sa hache légendaire, elle dégomme tout…

    Rien que ça…